Vers une hygiène de vie, un équilibre alimentaire et une activité physique bien comprise…

Vous êtes en surpoids parce que vous faites des régimes !

La part des personnes en surpoids augmente et nous pensons que d’ici 5 ans 20% de la population française sera obèse. L’obésité est une maladie grave qui tue 55 000 personnes/ an en France ! Dans les pays occidentaux, on parle clairement d’épidémie.

Comment savoir si nous sommes trop gros ?
Calculer son IMC = INDICE DE MASSE CORPORELLE fournit une bonne indication. Le calcul se base sur le poids de la personne (en kilos) divisé par sa taille (en mètre) au carré.

IMC = P (kg) / T (m) ²

si IMC < 18.5 on parle de maigreur
si 18.5 < IMC < 24.9 on se situe dans la norme établie
si 25 < IMC < 29.9 on se trouve alors en surpoids
au-delà de 30 l’individu est considéré comme obèse.
Attention, l’IMC chez les enfants est basé sur d’autre critère et varie en fonction de l’âge. Nous trouvons deux courbes de corpulence dans tous les carnets de santé des enfants classées selon le sexe de l’enfant.
comment calculer son indice de masse corporelle ?
Votre IMC
Pourquoi grossissons-nous ?

Pour faire face aux périodes de disette, la nature nous a donné la capacité de stocker de la graisse qui se concentre dans des cellules « réservoirs » appelées adipocytes. Ces adipocytes ont la capacité à se remplir et se vider selon les besoins de l’organisme.

En consommant trop de sucre et/ou de gras, ces cellules grossissent et lorsqu’elles sont pleines, ces cellules se multiplient pour stocker d’avantage et ceci d’autant plus vite qu’un déséquilibre alimentaire est en place supplanté par une prise de poids. Ces nouveaux adipocytes se vident et se remplissent au cours de notre vie mais jamais ils ne disparaîtront !

Comment contribuer à enrayer l’épidémie ?

Les recommandations officielles en faveur des féculents et des farineux, à tendance à les survaloriser alors qu’une réflexion sur leur surveillance devrait être de mise si nous voulons enrayer la progression du surpoids. En effet, lorsque nous mangeons des glucides (pain blanc, pâtes, riz, biscuits, pizza, boissons sucrées…) après digestion ceux-ci se retrouvent dans le sang qui ne peut contenir plus de 1 gramme de glucide par litre.

L’insuline, une hormone de régulation de la glycémie voit sa sécrétion augmenter en même temps que l’augmentation du taux de sucre (=glucide) dans le sang. Elle impose aux cellules de brûler en priorité ce trop de sucre au détriment des graisses qui elles se retrouvent directement mises en réserve dans les adipocytes.

Attention ! Même manger des glucides de façon isolée nous fait grossir. Quand le seuil des 1g/L de sang est dépassé, ces glucides sont alors transformés par le foie en lipides (= graisse) pour stockage dans les adipocytes.

Les industriels exploitent tant qu’ils peuvent notre goût pour le sucré et le gras car, ces produits sont peu coûteux en matière première : une crème dessert revient moins cher qu’un fruit et un soda moins cher qu’une bouteille d’eau. Moins nous avons de pouvoir d’achat plus nous avons de risque d’être gros.

Mincir malgré tout !

Plus nous sommes gros, plus nous avons un nombre important d’adipocytes et plus il sera difficile de maigrir. Une personne obèse qui décide de faire un régime va vider ses adipocytes mais en aucun cas ils ne disparaîtront.

Ces réservoirs, très nombreux, auront aussi tendance à se remplir plus facilement constituant un stock plus important comparativement à une personne de poids normal.

Pourquoi est-il difficile de maintenir son poids après un régime ?

En se remplissant, les adipocytes produisent une hormone, la leptine, qui, à partir d’un certain seuil agit comme un coupe faim au niveau du cerveau. C’est UN des processus de régulation de la faim.

Chez une personne obèse le seuil pour lequel elle se sent rassasiée est beaucoup plus élevé car, elle s’est constituée un nombre plus important d’adipocytes.

De plus, après un régime, lorsque les adipocytes seront vides, la production de leptine diminuera et le seuil coupe faim sera difficilement atteint. Cette personne aura beau consommer suffisamment de calories, elle aura l’impression d’avoir encore faim.

Conclusion

En multipliant les régimes contraignants les personnes en surpoids ou obèses se condamnent à une nouvelle prise de poids et il devient de plus en plus difficile de revenir en arrière.

C’est la spirale du yoyo où à 20 ans, un peu ronde, une personne commence son premier régime suivi d’un autre… pour peser 100kg à 40 ans !

Commençons simplement le plus tôt possible par adopter une bonne hygiène de vie où l’équilibre alimentaire, le sport et l’acceptation et le respect de notre corps serait une philosophie de vie.

Pas de miracle, une méthode et des soins ultra efficaces !

IMC

Votre centre Amincissement Methode Laurand vous présente ses deux techniques d’amincissements et de perte de poids :
– Depuis 10 ans, Natacha TALLEMET dispose de deux appareils à ultrasons et d’électrostimulation de la Méthode Laurand.

Les ultrasons destockent les adypocytes (cellules contenant les graisses) provoquant une perte de volume et de poids.

C’est ensuite par l’électrostimulation que ces graisses sont évacuées par les urines. Par son action de contraction musculaire, l’électrostimulation raffermit les tissus.

Allez ! même si c’est l’hiver, il faut s’y remettre…

Sport en hiver : bienfaits et recommandations

Poursuivre le sport et l’activité physique par temps froid …

  • Pratiquer une activité physique par temps froid permet de brûler plus de calories

Bien que la dépense calorique soit propre à chaque individu et à la différence entre la température extérieure et la température du corps, celle-ci est plus élevée par temps froid.

  • Le sport en hiver vous aide à lutter contre le « blues » hivernal

L’air frais est stimulant et le corps travaille plus pour maintenir sa température, ainsi la production d’endorphines augmente et vous vous sentez de meilleure humeur et en meilleure forme.

courrir par temps froid bon pour la santé

  • S’activer en hiver aide à combattre le rhume

Le sport permet de renforcer vos défenses immunitaires, une étude américaine a ainsi démontré que pratiquer une activité physique 5 fois par semaine réduit jusqu’à 43% la probabilité de contracter un rhume. Quand bien même le sportif est touché par le rhume, les symptômes en seront moins sévères (intensité moindre de 45%).

  • On tonifie son cœur

Pour un cœur en bonne santé, être sollicité d’avantage dans la pratique d’une activité physique par temps froid, permet de le renforcer et de contribuer à mieux gérer les efforts soutenus et le stress au quotidien.

Faire du sport en hiver … oui mais en observant certaines règles

  • Prévenir les risques cardio-vasculaires

Le froid entraîne une vasoconstriction des artères, c’est-à-dire une diminution de leur diamètre. Ainsi, aucun soucis pour un sportif jeune et en bonne santé mais à prendre en considération selon les facteurs de risques et leur accumulation : âgé de plus de 40 ans, sexe masculin, tabagisme actif, antécédents cardiaques, etc. Le froid risque alors de révéler des anomalies jusqu’alors ignorées et qui se seraient manifestées quelques mois voire quelques années plus tard.

  • Attention à l’asthme

Les bronches sont très sensibles au froid qui entraîne une irritation et un spasme qui peuvent déclencher une inflammation chronique des voies aériennes et provoquer un asthme induit par l’exercice chez des personnes qui n’ont jamais présenté aucun symptôme de ce type.

  • Pollution

Il est plus habituel d’être alerté sur les problèmes de pollutions, notamment dans les grandes villes, lors des grandes chaleurs mais nous observons le même phénomène lors des périodes de grand froid. Attention à ne pas laisser ces particules fines en suspension dans l’air révéler des maladies respiratoires ou cardio-vasculaires.

activité physique et sport en hiver

Quelques principes à ne pas oublier pour faire du sport en hiver

Même si cela peut paraître évident, il y a un certain nombre de choses à faire pour pratiquer votre activité physique par temps froid dans les meilleures conditions :

  • Bien se couvrir en ne négligeant pas les extrémités et sans hésiter à avoir recours aux textiles techniques.
  • Ne jamais négliger l’échauffement qui doit être plus long qu’à l’accoutumée.
  • Bien s’hydrater bien que la sensation de soif se fasse moins sentir que par temps chaud.
  • Enfin, bien écouter son corps : mal de tête persistant, mal être, difficulté respiratoire doivent vous alerter. Dans ce cas mieux vaut stopper l’effort.

notre consommation change… notre poids change !

50 ans de consommation alimentaires (INSEE)

La consommation alimentaire des ménages français a connu de profonds changements, remarque l’INSEE.

Depuis 1960, la composition du panier alimentaire s’est modifiée. Les français consacrent une part moins importante à leur budget alimentation. Cela représente en moyenne 3600 € par habitant, en 2014, soit 20.4% des dépenses de consommation, contre 34.6% en 1960.

Aujourd’hui, la répartition du budget alimentaire est la suivante : 3/4 pour l’alimentation à domicile et 1/4 pour les restaurants, cantines, débits de boissons, etc. Alors qu’en 1960, 86% de cette consommation alimentaire se faisait à la maison.

modification de la conso alimentaire des français en 50 ans

En 50 ans, le panier alimentaire des français a changé …

Avec le temps, les modes de vie et de consommation changent :

  • nous consacrons aujourd’hui moins de temps à la préparation des repas chez soi :-25% entre 1986 et 2010,
  • diminution de la consommation des produits bruts : soit augmentation de la consommation des produits faciles d’emploi (pizza, desserts lactés frais, plats préparés, produits transformés et boissons non alcoolisées),
    • depuis 1960, augmentation de 4.4% par an en volume par habitant de la consommation de plats préparés
  • réduction de la part des 3 principaux postes : viandes (26% en 1980 contre 20% en 2014), fruits & légumes, pains & céréales (13% en 2014 contre 15% en 1960),
  • modification de la consommation des boissons alcoolisées :
    • on privilégie les vins de qualités supérieurs : le vin de consommation courante ne représente plus que 9% contre 47% en 1960.

… en partie pour des raisons financières

Il est toujours d’actualité que nos pratiques alimentaires sont directement influencées par le pouvoir d’achat des ménages et l’évolution des prix des différents produits.

Même si nous entendons les recommandations sanitaires faites par de nombreux discours nutritionnels qui préconisent de manger moins gras, moins sucré, moins salé et de consommer moins de protéines animales, nous ne les appliquons pas toujours …

Etude INSEE – octobre 2015

Brigitte Larochette et Joan Sanchez-Gonzalez, division Synthèses des biens et services, INSEE

En bref, qu’importe comment nous consommons, le tout est de manger de manière plus saine pour être plus en forme et mieux dans son corps.

Amincissement Redon 06 58 85 30 27

Natacha TALLEMET, praticienne agréée de la Méthode Laurand, vous accueille dans son centre de Redon, pour traiter votre surcharge pondérale, en s’appuyant sur l’expertise en amincissement du réseau.

Vous avez tout essayé ? Ne passez pas à côté de la Méthode Laurand :

100% naturelle
sans compléments alimentaires, ni substituts de repas
un accompagnement dans vos nouvelles habitudes alimentaires
pour obtenir 10% de votre poids en moins au bout de 6 semaines
Ayant profité moi-même des bienfaits de la Méthode Laurand, je vous assure d’être tout à fait concernée par votre quête du poids idéal !

Avec 30 ans d’expérience, cette technique d’amincissement a fait ses preuves. Son succès repose sur une approche globale du surpoids qui associe 3 principes :

un rééquilibrage alimentaire progressif
des soins corporels (ultrasons et électrostimulation)
un accompagnement personnalisé
Le plus difficile est d’appeler pour un premier entretien bilan offert ! Lancez vous dans cette expérience remplie d’énergie et de bonne humeur. Le centre est ouvert et très agréable pour vous sentir à l’aise.

Rétablir son équilibre, après les Fêtes le corps c’est acidifié….

L’équilibre acido basique joue sur la santé

Maintenir l’équilibre acido basique est indispensable pour la santé. Une modification du PH de notre corps, même en très faible proportion, peut avoir des conséquences importantes. Le PH du corps est légèrement alcalin, il se situe à 7.4

Régulation naturel de l’équilibre acido basique

De nombreuses fonctions biologiques interviennent dans la régulation du PH : respiration, digestion, excrétion. Les protéines du sang : hémoglobine, albumine, globuline, ont également un rôle tampon.

Cet équilibre acido basique est primordial notamment pour la régulation de la digestion. En effet le PH de l’estomac est très acide, entre 1.5 et 2.5, alors qu’il est plus alcalin dans l’intestin. L’intestin a donc la capacité de neutraliser en partie cette acidité sous l’action des enzymes sécrétées par le pancréas, la vésicule biliaire et la paroi intestinale. La digestion constitue donc un mécanisme complexe, à l’équilibre fragile.

Les conséquences l’acidification du PH sanguin

Une alimentation trop riche étant l’une des principales causes de l’acidification, si l’équilibre du PH acido basique vient à être perturbé et les conséquences sur la santé surviennent. En situation d’acidose, le corps ne parvient plus à éliminer le surplus d’acidité. Cet excès est stocké dans les tissus conjonctifs. Le transport de l’oxygène, la nutrition des cellules, sont affectés et instaure un terrain propice aux dysfonctionnements.

Les calculs urinaires
Une perturbation des processus de réparation anabolique
Une altération de la santé de l’os, allant jusqu’à l’ostéoporose
En effet, pour compenser un état d’acidose, le corps va mettre en place des mécanismes compensatoires et mobiliser les minéraux contenus dans les os.

Rétablir un PH équilibré

Réduire la consommation de protéines animales, le fromage, le poisson, rétablir une alimentation équilibrée, avec des apports significatifs en fruits (notamment en agrumes) et légumes permet d’alcaniser le PH. Chacun peut mesurer son taux d’acidité urinaire, qui est un bon indicateur, en utilisant des bandelettes de papier PH.

Source : Fonds français pour l’alimentation

Garder la ligne pendant les fêtes !

Faire attention à son poids pendant les fêtes

Les fêtes de fin d’années n’ont jamais été aussi proche et on adore ça !!! Plaisir d’offrir, de voir nos proches autour de bons repas. Profiter des festivités oui, mais pas au détriment de notre poids de forme. Nous vous proposons donc de suivre ces quelques conseils diététiques pour être de bonne humeur en cette fin décembre tout en gardant le sourire début janvier.

conseils repas legers pas prendre kilos repas noel fetes fin d'année

Comment ne pas prendre de poids pendant les fêtes de fin d’année ?

conseils alimentaire pour passer fetes fin année sans prendre poids

  • Mangez lentement en posant votre fourchette entre chaque bouchée
  • Ne videz pas trop vite votre verre de vin
  • Sautez le fromage si vous avez assez de volonté

Prévenez la fringale avant un repas

  • prenez une légère collation pour mieux résister à l’apéritif et aux amuses-bouches

Variations de poids

  • il est tout a fait normal de prendre 1kg après des fêtes ou des week-end chargés
  • ce kilo doit être IMPÉRATIVEMENT perdu dans les 48h

Lendemain de fête

  • ne sautez surtout pas de repas
  • pas de soupe de légumes ni de fruit

Des idées repas « légers » pour les fêtes

idees repas légers pour les fetes de fin d'annéeEntrées

  • Huîtres (avec un peu de beurre)
  • Poêlée de coquilles Saint-Jacques sur salade
  • Salade mélangée avec magret de canard fumé

Viandes / Poissons

Accompagnements

  • Poisson/Fruits de mer : jardinière de légumes,tagliatelles aux girolles et petits légumes, …
  • Viandes rouges : pommes vapeur persillées et haricots verts
  • Volailles : marrons et cèpes, deux purées (pommes de terre et carottes), riz, …

Pour plus de conseils, rapprochez-vous du centre d’amincissement Méthode Laurand.

Alors, passez de bonnes fêtes de fin d’année en programmant vos repas !